Pour une meilleure expérience utilisateur, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.
X

Recherche

Connexion
Contact
Recherche
Ouvrir le menu Fermer le menu
Menu

La seule mutuelle 100% dédiée à l'économie sociale et solidaire

Recherche
Connexion
Contact
Accueil > Actualités Chorum > Stagnation du développement associatif : « une rupture historique », selon Viviane Tchernonog

Stagnation du développement associatif : « une rupture historique », selon Viviane Tchernonog

08/11/2018

Les premiers éléments du Paysage associatif, édition 2019, confirment une perte de souffle des associations employeuses. Toutes les infos en vidéo avec Viviane Tchernonog, chercheure au Centre d’économie de la Sorbonne…

Pas de scoop, mais beaucoup de confirmations. Viviane Tchernonog, chercheure au Centre d’économie de la Sorbonne a dévoilé les premiers résultats de son Paysage associatif qui couvre la période 2011-2017. Tous confirment le ressenti des acteurs. Si la vitalité associative est toujours aussi forte (+200 000 associations actives en six ans pour un total de 1,5 millions associations), les conditions d’activités et de financement se dégradent.

L’emploi et les budgets des associations stagnent, ce qui marque une « rupture historique » selon la chercheure après une longue phase de croissance soutenue. Viviane Tchernonog va plus loin en estimant que sans le transfert d’un certain nombre d’activités par les Conseil départementaux aux associations, c’est une baisse de l’emploi et des budgets qui serait observées.

Fonds privés 55%, fonds publics 45%

Autre élément saillant : la baisse inédite en volume des fonds publics dont bénéficient les associations. Désormais, et les chiffres du paysage associatif l’attestent, les fonds privés sont majoritaire dans le budgets des associations, selon un ratio d’environ 55%/45%. Cette moyenne ne décrit pas la grande diversité des modèles économiques des associations. Celles qui exercent des activités déléguées par le service public (aide à l’enfance, action sanitaire et sociale…) restent très largement financées sur fonds publics par exemple. Cette bascule globale vers les fonds privés s’explique notamment par la forte hausse (25 % en six ans) des recettes issues de la vente de prestations aux usagers par les associations, ce qui ne manquera pas de poses laquestions de l’accessibilité des plus modestes aux services des associations.

L’intégralité des données du Paysage associatif seront publiées en 2019.


Contactez votre délégation commerciale